Coup de coeur du mois

sorceline-page1sorceline-page2

C'est au mois d'Avril 2018 qu'est sorti le premier tome de Sorceline, une toute nouvelle série
jeunesse chez Vents d'Ouest. Scénarisée par Sylvia Douyé déjà à l'origine des Zinzinventeurs ou
encore de Marie-Lune, et dessinée par Paola Antista, artiste italienne diplômée de l'académie
Disney. Cette nouvelle série a tout pour plaire. Pourquoi? Selon moi, c'est un premier tome réussi,
malgré quelques facilités dans l'intrigue et certaines mises en pages un peu « touffues ». Ce premier
tome a une fin ouverte qui donne envie de lire la suite! Le graphisme est attirant, l'histoire mêle
aventures, magie, amitié et créatures fantastiques, ce qui n'est pas sans rappeler l'univers d'Harry
Potter que j'aime tant !
Dans ce premier tome intitulé Un jour je serai fantasticologue on fait la connaissance de
Sorceline, une jeune fille pleine de curiosité fascinée par la cryptozoologie. Ce terme désigne
l'étude des animaux surnaturels tels que les licornes, le bigfoot ou encore les dragons. Si ce terme
existe dans la vraie vie, il ne vous permettra pas de rencontrer un vrai dragon. Mais dans le monde
de Sorceline, les animaux fantastiques existent bel et bien !
Durant tout l'été, la jeune fille va participer à un stage de formation aux soins aux créatures
magiques en compagnie du zoologue Archibald Balzar. Et elle ne sera pas seule : toute une bande
de jeunes passionnés participent à la formation, dans l'espoir de devenir l'assistant personnel du
professeur. Sorceline se fait rapidement des amis et se révèle vite être très douée en tant
qu'apprentie zoologue. C'est parti pour le sauvetage d'une gorgone (Méduse)
, l'élevage de Caladrius (oiseau légendaire et fabuleux du Moyen Âge) et l'observation de licornes
(créature légendaire à corne unique) !
Au fil des découvertes, Sorceline et ses amis vont découvrir que la jeune fille a des talents
hors du commun. L'étendue de ses connaissances est étonnante, et sa perspicacité en font une
adversaire redoutable dans la course au poste d'assistant. Mais l'heure n'est pas aux rivalités :
un mystérieux phénomène cause la disparition de plusieurs élèves de l'école, et une enquête
s'impose.
Cette nouvelle série se démarque par sa direction artistique vraiment jolie. Les protagonistes
sont entourés de tout un tas de bestioles que Paola Antista prend sûrement plaisir à dessiner. Le côté
marécageux et fourmillant de vie de l'environnement dans lequel évoluent les protagonistes est à la
fois fascinant et intrigant. A mi-chemin entre le conte de fée et l'histoire de sorcières, on tient là un
univers qu'on a envie d'explorer.
La seule petite ombre au tableau c'est qu'on a du mal à rentrer dans l'histoire de ce premier
tome parce que le scénario prend quelques raccourcis trop simplistes. Au début du livre, l'un des
compagnons de Sorceline avoue sans détour qu'il est amoureux d'elle, mais fait preuve de timidité
par la suite... Un comportement qui manque de crédibilité. Certains secrets sont révélés en quelque
pages, mais auraient presque mérité un tome de plus pour laisser le temps au mystère de s'installer.
Sans compter plusieurs maladresses de mise en page, notamment lorsque la voix off se mélange aux
dialogues : ce premier tome manque de clarté à plusieurs endroits. Mais l'idée de départ est bonne et
l'univers est vraiment accrocheur : croisons les doigts pour que la scénariste prenne plus le temps de
poser les bases et de faire mûrir les mystères dans le tome 2. Je lui mets donc la note de 6/10
J.L

Fables à la manière de la Fontaine

 

 

Rencontres - Serge Bilé

 sergebilé     sergebilé1

Nous nous sommes intéressés au métier de journaliste à travers l'étude de l'œuvre de Maupassant intitulée Bel Ami. En effet, le personnage « Bel Ami » est un homme qui au départ lutte pour survivre et a de grandes aspirations. Il rencontre ensuite un ami journaliste qui le fera rentrer dans un journal et sa vie changera radicalement. Nous savons bien que le journalisme du XIXème siècle n'est pas le même que celui de nos jours. Notre professeur de français Madame ABIDOS nous a alors proposé de faire venir un journaliste en classe.

Jeudi 11 Janvier 2018, Serge Bilé est venu dans notre classe de seconde. Avant sa venue, nous nous sommes demandés si le journaliste que nous avions tant vu dans notre poste de télévision si souvent allait vraiment venir dans notre classe. C'est toujours assez impressionnant de rencontrer quelqu'un que l'on ne voit qu'à la télévision. Et surtout, que lui dire ?

Notre avons préparé des questions à lui poser avec notre professeur. Pour la plupart nous avons découvert qu'il a des origines africaines et qu'il écrit de nombreux ouvrages.

A notre arrivée dans la classe, nous avons vu cet homme charismatique vêtu d'une chemise africaine, sans doute portée pour montrer son attachement à ses racines. Alors qu'il devait tirer au sort nos questions, Serge Bilé a préféré que nous soyons plus spontanés. Après un petit laps de temps, nous avons enfin pris la parole. Il a été extrêmement ouvert et a répondu à toutes nos interrogations. Il a même raconté des anecdotes comme sa rencontre avec le footballeur brésilien Pelé. Nous avons aussi beaucoup échangé sur le métier de journaliste et l'évolution des médias.

Il a bien voulu répondre à notre portrait chinois qui consistait, pour nous, à mieux le connaître.

Il a bien précisé que toutes ses réponses faites ce jour ne seraient pas forcément les mêmes le lendemain et que rien n'était jamais figé. « Ce sont toutes les réponses par rapport à ce que je suis aujourd'hui »

Si Serge Bilé était :

        un mot il serait le mot plaisir

un sentiment ou une sensation: la joie

une œuvre littéraire: Yasuké (son dernier ouvrage)

une femme : la reine Pokou (Reine baoulé, qui a sacrifié son fils unique pour

sauver son peuple)

un pays: La Côte d'Ivoire

un plat: le colombo de cabri

un petit mot adressé à notre classe de seconde 9: « Très bonne rencontre hélas trop courte !»

Nous retenons de cette rencontre le moment où Serge Bilé nous a dit qu'à partir du moment où nous savons ce que nous valons, ce que les autres disent et pensent n'a pas d'importance.

Sans aucun doute, Serge a dans notre classe Brillé !

 

La classe de 2nde 9

Graine d'écrivain - Aèl 1

L’histoire d’une vie
Chapitre 1

 

51973a23313880870e6aea5caff47154 

Il y a plus d’une dizaine d'années, Jean et Marie se rencontrèrent touchés par l'ange Cupidon. Marie eut tout d'abord un fils du nom d'Artur. Puis, cinq ans plus tard, ils eurent une fille, Frédérique très attendue. Quatre ans plus tard, naquit Jimmy. De jour en jour, les enfants grandissaient et commençaient à s’épanouir telles les roses des plus beaux bouquets. Néanmoins, le bonheur fut de courte durée et tout s'effondra. Les parents se séparèrent et Jimmy et
Frédérique en furent terriblement attristés. Les jours défilaient et Frédérique tentait de remplacer sa mère affectivement auprès de ses frères. Elle le fit pendant environ quatre ans. En raison de graves problèmes de santé et d'une lourde opération, la santé de Marie se dégrada peu
à peu. C’est à ce moment-là que Frédérique se renferma sur elle-même et n'adressa plus la parole à personne.

Elle se disait parfois que c'est souvent à l’école que les enfants perdent pied. Elle fit ce constat car tout empira sur les bancs de l'école, au collège. Elle se réfugia donc dans la musique, notamment, le chant.

La mère, Marie et sa fille Frédérique finirent par ne plus s'entendre et le père fut rapidement dépassé par toutes ces histoires ! Frédérique éprouva rapidement des difficultés à communiquer avec sa mère. « Comment vais-je faire pour m'en sortir ? » se demanda-t-elle ? « Quelle issue y-a-t-il pour moi ? » Elle prit alors la résolution de se tourner vers son père...

A suivre....
Aél

Atelier Journalisme

L'univers du digital te passionne ?

Tu aimes écrire ou prendre des photos ?

Tu veux exprimer tes idées?

Viens donc rejoindre le club «journalisme» du lycée !

Tu pourras ainsi prendre la parole et la donner aux autres, faire découvrir une réalité, des personnes, des projets, des événements de l’actualité qui méritent l'attention de tous.

Cet atelier est ouvert à TOUS sans besoin d’être un grand initié en communication et média !